2010

L'infrarouge

L’année est principalement consacrée à la réalisation d’Episode 2 comprenant la mise à jour de la théorie et l’intégration des appartements funéraires imaginés en 2003 par Jean-Pierre Houdin. Sous la direction de Mehdi Tayoubi, un énorme travail de modélisation 3D scientifique et 3D animation temps réel et relief est entrepris avec Alain Dugousset et Pierre Gable et toute l’Equipe Kheops, la même qui avait déjà travaillé sur « Kheops Révélé » en 2007. Une nouvelle conférence de presse à la Géode est programmée pour la 27 janvier 2011 pour la présentation d’Episode 2 qui est baptisé «  Kheops Renaissance ».


Début mars, le livret « La pyramide de Kheops Révélée », écrit l’an dernier est publié au Caire par Farid Atiya Press ; il est traduit en 6 langues et mis en vente à la boutique du Musée du Caire et à celle des Pyramides, participant ainsi à la diffusion de la théorie auprès de très nombreux touristes.

 

Le 6 mars, Mark Rose, rédacteur en chef du blog de la revue Archaeology Magazine, « Beyond Stone and Bone », écrit une lettre ouverte au Dr Hawass intitulée : « Time for the Great Pyramid? ». Pour lui, il est maintenant temps d’autoriser des recherches non-destructives pour confirmer, ou infirmer, l’existence de la rampe intérieure. C’est une première pour une institution archéologique de s’engager ouvertement au sujet de la théorie. Malheureusement, cette lettre ouverte n’aura aucun effet.

 

Le film « Kheops Révélé » est primé au Festival du Documentaire d’Amiens qui s’est tenu 23 au 27 mars.

 

Le 2 mai, Jean-Pierre Houdin se rend au Caire à l’invitation du Centre Français de Culture et de Coopération (CFCC) pour une conférence suivie de la projection du documentaire « Kheops Révélé ». C’est aussi la première fois qu’une institution française entreprend une telle démarche, le CFCC étant lié à l’Institut Français d’Archéologie Orientale (IFAO) qui est à l’origine de l’égyptologie. Sur place, et à la suite d’une intuition qu’il a eue en regardant une photo aérienne prise en 1904 depuis un ballon par le photographe Edouard Spelterini, il fait des investigations sur le Plateau de Gizeh qu’il résume dans un dossier intitulé : « Analyse critique du Plateau de Gizeh » en version anglaise: "Critical Analysis of the Giza Plateau". Une partie de cette étude démontre que la Chaussée Monumentale de Khephren a été construite sur une ancienne rampe du chantier Kheops reliant le port au bas de la rampe extérieure de la pyramide de Kheops ; celle-ci est confortée par la présence, dans le prolongement de son axe, d’un très important vide creusée puis comblé dans le socle rocheux à son extrémité haute, (indice visible aujourd’hui dans le couloir menant à la chambre funéraire sous la pyramide de Khephren), qui aurait servi de glissière pour un second contrepoids. Le problème du hissage des poutres de granit et les chevrons de calcaire de Tourah de la structure au-dessus de la Chambre du Roi est résolu depuis le port de livraison jusqu’à l’aire de stockage au niveau +43m, base de cette chambre. La théorie est la seule à pouvoir intégralement expliquer cette séquence du chantier qui est le plus grand challenge de la construction. Une mise à jour du système de contrepoids est intégrée dans le projet en cours Episode 2.

 

Le 17 juin, Jean-Pierre Houdin se rend à Boston et à Harvard pour retrouver Mehdi Tayoubi qui prépare le Projet GIZA 3D avec l’égyptologue Peter der Manuelian, directeur au Musée des Beaux-Arts (MFA) du Giza Archives Project. Celui-ci a été créé pour gérer et promouvoir les milliers de documents et objets que le prestigieux égyptologue américain Georges Reisner a ramené des fouilles qu’il a entreprises sur le Plateau de Gizeh dans les années 1920 à 1940. Ce projet, une modélisation 3D du Plateau de Gizeh, est une conséquence de sa collaboration avec Dassault Systèmes

C’est aussi l’occasion pour lui de « rencontrer » Ankh-Aef, le Vizir des Grands Travaux du Roi qui a continué le chantier de la Grande Pyramide après le décès d’Hemiounou.

Le 24 juin, Jean-Pierre Houdin reçoit la Médaille d’Argent de l’Archéologie de l’Académie d’Architecture pour ses travaux sur la pyramide de Kheops.

Le 22 juillet, conférence au Colloque Ajaccio dans le cadre des 4èmes Rencontres Science et Humanisme du Lazaret Ollandini.

 

Le 4 octobre, conférence éducative au lycée Paul Langevin de Beauvais devant près de 300 élèves.

Le 8 octobre conférence à l’hôtel Le Crillon à Paris pour la société Directmedica dans le cadre d’un mécénat avec l’ACGP.

A la mi-octobre, suite à un contact établit par le directeur de la chaire à l’Université Laval à Québec, Xavier Maldague, spécialiste reconnu dans le domaine de la détection par thermographie infrarouge, Jean-Pierre Houdin se rend sur place pour une première rencontre. Suite à cette visite, Dassault Systèmes propose à l’Université une collaboration sur le Projet Kheops.


Après une quarantaine de présentations mensuelles sur 3 années et plus de 10 000 spectateurs à la Géode, Jean-Pierre Houdin et l’Equipe Kheops arrêtent « Kheops Révélé » en mai; quant au programme scolaire, il s’arrête à l’été avec un bilan surprenant : sur 2 ans, environ 30 000 garçons et filles auront vu la construction de la pyramide grâce à une rampe intérieure.

Eduard Spelterini

Mathias Glad

© 2018 • ACGP - Association Construire la Grande Pyramide

Réalisation du site scriptoria-crea.com